• Dernier jour à Vientiane

    Première journée de bus le 8, il s’agit d’un bus local

    quand on y entre , on est surpris de voir le sol couvert de colis divers

    On fera le voyage avec un sac de 30 kg de riz sous les pied

    On passe au Laos où est destinée cette marchandise

    Dans la campagne, de nombreuses maisons sur piloti

     Dernier  jour à Vientiane

    Après  9h de bus, (arrêt déjeuner compris), on arrive  à Savannakhet

    Départ le lendemain 6h 40 ; là  c’est un omnibus qui  s’arrête dans tous les bleds pour prendre ou descendre des voyageurs ou des colis.

    En chemin, montée de vendeurs de nourriture : 

    ici des brochettes d’œufs couvés cuits durs .et de viande grillée

     Dernier  jour à Vientiane

    Arrivée après 11h de bus à Vientiane

     Dernier  jour à Vientiane

    On est choqué par le prix demandé par le tuktuk : 11 dollars pour quelques km dans un tuktuk collectif qui mettra une heure pour nous emmener à l’hotel : c’est presque le prix de la chambre

    Interrogés, les locaux nous on fait comprendre qu’ils payaient le même prix. C’est le double du Cambodge pourtant moins pauvre.

    Par réaction, on a décidé de boycotter les tuktuk et concocté un itinéraire à pied

    Le 10 petit tour du centre ville :

    le palais présidentiel

     Dernier  jour à Vientiane

    le temple Sisaket

     Dernier  jour à Vientiane

    l’arc de triomphe

     Dernier  jour à Vientiane

     Dernier  jour à Vientiane

    vue du sommet de l'arc

     

    et le marché

     

    Nous traversons la zone des bouchers, qui sont ici des bouchères, travaillant sur l'étal

     Dernier  jour à Vientiane

    les bouchères

     Dernier  jour à Vientiane

    ...et le résultat

    Nombreux stands de vêtements

     Dernier  jour à Vientiane

    Ceci n'est pas un faux Lee...!

    On a acheté et gouté un "oeuf de cent ans"

    (oeuf cru, laissé 3 mois à vieillir sous la terre)

     Dernier  jour à Vientiane

    l'intérieur est noir; l'oeuf ne sent pas le pourri mais plutôt la poule aillant marché dans sa fiente, ceci étant, comme pour l'andouille, le goût est moins pire

    Toutefois on s'est contenté d'un soupçon au bout d'un pique

    11 fevrier

    Nouvelle balade en ville

     Dernier  jour à Vientiane

           Villa coloniale à rafraîchir, dirait l'agence immobilière

     Dernier  jour à Vientiane

       Poubelle en pneu recyclé

    commentaire récriminatoire:

    L’impression qu’on ressent de la population est mitigé :

    A part les commerçants et vendeurs de services, qui sont 

    intéressés (tourisme important oblige), il y a peu de recherche

    d’échange.

    Un  incident en exemple :

    Le bus qui nous emmène du vietnam au Laos s’arrète à la frontière

    là, nous sommes les seuls à devoir faire un visa

    nous sommes donc bons derniers à remonter dans le bus ;

    Or des passagers réclamaient qu’il reparte sans nous jusqu’au resto

    situé à 800m, où était le prochain arrêt : on aurait du faire cette distance à pied

    Il a fallu qu’Armelle, libérée la première des formalités, pousse une gueulante

    pour que le bus attende. Remarque : ceux qui disent qu’on obtient rien en se fâchant mais qu’il faut rester souriant peuvent revoir leur copie ; ils n’ont pas vraiment observé les gens

    On est loin de la sollicitude et de l’attention dont on faisait l’objet en Asie centrale.

    Pourtant on est ici en terre bouddhiste, où l’empathie est censée être une vertu

    principale ! comme quoi les religions…

    Peut être le colonialisme et plus de 20 ans de guerre où l’occident était impliqué a t il laissé des traces dans 

     

    les consciences ; les jeunes semblent plus amènes

     

    .

    Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :